Virginie est ‘Shoe on the Cake’

J’ai rencontré Virginie lors de cette soirée privée organisée à l’occasion de la présentation de miss Tugendhaft et ses diamants. J’étais loin de me douter une fois  l’interview terminée que  je passerais la soirée entière à rire avec Virginie & sa copine Flo (ça, je vous l’avais caché effectivement). Vous savez ce qu’on dit des coups de foudre ? Et bien, moi j’ai des coups de foudre amicaux. Il y a des gens comme ça, avec qui j’échange un mot et que je ne veux plus les lâcher tellement je sens qu’on a des milliers de choses à se dire. Et bien, ce fut le cas de Virginie.


Je parle de Virginie mais qui est donc Virginie me direz-vous ? Et bien, c’est précisément la jeune femme derrière la boutique en ligne shoeonthecake.com. C’est une grande plante blonde, 26 ans même pas, aux jambes interminables, aux joues rosies par l’émotion, et la nuit tombée, aux faux airs de Kylie Minogue. Elle est d’une gentillesse rare…qui parfois ne fait pas bon ménage avec les affaires, et pourtant, c’est bien de ses affaires dont je voulais vous parler. Je me suis dit que cela nous ferait du bien d’aborder un métier différent de celui de création. Vous ne pensez pas ?

Bref, quelques mails, tweets et sms plus tard, nous nous sommes retrouvées autour d’un bon dîner, juste histoire de mieux faire connaissance. Est donc venue l’idée de vous la présenter à vous mes chéris ! Et je sais d’avance que vous allez l’apprécier car l’inverse me semble impensable.

Quand j’ai foulé le seuil de son appartement, je me suis sentie tout de suite à l’aise. Virginie avait disposé sur la table 3 plats remplis de bonnes petites choses à grignoter. J’ai cru un moment que deux ou trois de ses amies allaient débarquer…mais non, ce buffet avait été dressé juste pour nous deux ! Cette petite anecdote qui prend de la place inutilement dans cet article est finalement assez révélatrice de la nature profonde de cette jeune femme que je trouve entière, authentique, généreuse et instinctive ! Comment allais-je arriver à me concentrer et résister à ces bonnes choses. Pourtant, il a suffit qu’elle commence à répondre à mes questions pour que mon attention soit complètement concentrée sur cette entrepreneuse comme on en rencontre peu.
Alors Miss, je pense ne pas exagérer en disant qu’avec ton site shoeonthecake.com, tu offres à tes clientes une version micro de NET-A-PORTER.com ?
Oh lala, Yeba  tu exagères !!


Ok, dans ce cas, il vaut mieux que je te laisse la parole…
Si tu me demandes de me présenter, je dirais que je suis la créatrice d’une boutique en ligne axée sur les chaussures & autres accessoires. Ma boutique est aux antipodes du site de vente de chaussures ‘supermarché’ qui propose des milliers de modèles pour tous les portefeuilles, allant de 20 à 250 EUR. Tout à fait ! (elle me regarde avec conviction & douceur)
Mon concept est plutôt calqué sur le principe de la « boutique boudoir en ligne  » où mes clientes peuvent retrouver dans un esprit un plutôt exclusif mais assez cosy, toutes les collections qui sont le fruit d’une sélection de mes marques chéries et de modèles ultra mode.
Si je comprends bien, tu as choisi de te démarquer de la concurrence en proposant une offre spécifique et exclusive à une cible ? Peux-tu nous en dire plus ?

Pour répondre à ta question, je m’adresse vraiment aux filles/femmes qui aiment et qui suivent la mode. Il s’agit typiquement des filles qui recherchent des pièces différentes de ce qu’on peut trouver sur le marché en masse.
Ma boutique me ressemble à 100%, avec 80% de pièces que je pourrais porter sans la moindre hésitation et 20% que je trouve exceptionnelles mais qui sont un peu trop hautes pour moi.  Dans la plupart des cas, quand j’achète, je suis mon instinct. C’est souvent mes goûts qui priment. Il me faut encore apprendre à faire la part des choses entre les coups de cœur que je peux avoir pour l’une ou l’autre paire et celles que mes clientes finiront vraiment par acheter..
Quand je dis que c’est moi à 100%, c’est vrai & un peu faux à la fois…car tous les achats que je fais, je les fais avec ma sœur qui vit à Genève et qui me rejoint pour faire les salons. Nous faisons tous les achats ensemble car je peux me reposer sur son sens aigu de la mode et sur son intuition.
Quoi qu’il en soit, il y a une cohérence dans les modèles que nous choisissons.

Tu m’intrigues. Est-ce que tu pourrais nous en dire un peu plus ton style ?
Alors mon style perso est soit branché rock (je dirais même edgy rock : très noir, skinny, à plat & sac en bandoulière) soit romantique avec des petites robes chic ou loose.  Je suis une fan de robes. J’en achète beaucoup plus que je n’en porte. Mais c’est plus fort que moi…elle en parle comme d’une dépendance dont on ne peut se défaire (mignon pour une fille qui utilise ses chaussures pour jouer avec nos nerfs ! ;-)).
Mais Yeba, avant tout autre chose, je suis le style de nana amoureuse de chaussures & accessoires (nous y voilà, elle se dévoile). Je définis souvent mes tenues au travers de mes accessoires. J’aime les accessoires outfitmakers – qui priment sur la tenue. Je suis à l’affût des tendances tout en gardant un œil sur mon budget. Je m’adresse donc à ces filles, actives, qui aiment la mode spéciale (ou pointue), qui comme moi ont envie de se faire plaisir en essayant de découvrir des nouvelles marques – sans se ruiner.


Alors dis-nous, à quoi ressemblent tes semaines ? En quoi consiste réellement ton
 boulot…j’avoue que c’est encore très abstrait pour la plupart d’entre nous !
Pour résumer, je suis acheteuse et je suis chef de mon entreprise. Je gère moi-même les aspects liés à la mise à jour du site,  je traite les commandes, la logistique, le service à la clientèle et la facturation. Mon job est finalement assez complet.

 On ne se l’imagine pas, mais une boutique en ligne répond aux mêmes exigences qu’une boutique physique.  Son succès tient réellement à la qualité des modèles qui sont proposés. L’obsession qui vous habite constamment est de parvenir à constituer une offre qui séduira les clientes qui arrivent sur votre site…tout en leur donnant envie de revenir et de se tenir au courant des nouveautés (…en gros, tu cherches à nous prendre au piège ^_^).
C’est pour cela que je suis constamment en veille. Je lis  beaucoup de magazines féminins et je me tiens au courant des nouveautés.
Dès que je flashe sur une marque dans un magazine par exemple, je contacte directement le responsable des ventes. Quand c’est possible, je me déplace pour une rencontre ou une visite du showroom.
A côté de cela, je flâne dans les boutiques (…elle ne le dit pas, mais elle est aussi agent double ;-)…). Je me mets à jour sur l’offre disponible et je prends note des marques intéressantes.  Il faut savoir que je trouve rarement mon bonheur à Bruxelles (sans blague °_° !!! ). Clio Goldbrenner et Dolce Dolce sont les seules marques belges que je vends. Pour la petite histoire, j’avais contacté Clio avant d’ouvrir ma boutique et avant qu’elle ne se lance vraiment. Je trouvais son projet intéressant avec un réel potentiel…et quelques mois plus tard, je me retrouvais à la distribuer.
Mais mon orientation internationale me plaît,…et se justifie parce que mes clients sont finalement internationaux.
Comme les acheteuses de NET-A-PORTER.com, pour te paraphraser, je trouve énormément de plaisir à trouver la marque ou le modèle que tout le monde s’arrache à New York, chez Colette, mais qui n’est pas encore connue du grand public.

 

Ta boutique est assez internationale. C’est vraiment sympa. Quel est le top 5 de tes ventes ?
Alors voyons voir : Belgique, Hollande, France, Allemagne & Italie  (elle compte progressivement sur ses doigts)…mais il faut dire que j’ai déjà reçu des commandes depuis la Nouvelle Zélande, le Brésil, les US, le Japon, la Russie & Dubaï.  On sent une pointe de fierté et d’excitation dans sa voix.
Petite détail, qui a son importance, la livraison est gratuite en Belgique & en France.

Je comprends que tu aies un attrait particulier pour l’international mais comment fais-tu pour découvrir des marques « inconnues » du public et/ou très locales ?
Bien que je sois tournée vers l’international, je suis généralement attirée par les marques européennes (produites en Italie ou Italie). Comme j’ai pu le laisser entendre, ma collaboratrice & partenaire dans cette aventure n’est autre que ma sœur. Je choisis toutes les collections avec elle ! Même si nous vivons l’une et l’autre dans des villes différentes, elle à Genève, moi à Bruxelles, nous nous retrouvons physiquement pour les salons. Mais attention, on ne débarque pas sur les lieux sans avoir préparé notre visite de façon minutieuse voire militaire. Avant chaque salon, on se met d’accord sur les modèles et les marques qui nous intéressent. Je suis chanceuse de l’avoir à mes côtés car  elle a un sens très aigu de la mode. Elle est tellement pointue que c’en est affolant. Certaines personnes naissent avec ce truc en elle. J’ai du bol d’être si bien entourée.
Si elle excelle dans la prédiction des tendances, moi je gère les aspects commerciaux. Je décide des quantités, des prix tout en prenant en compte la notoriété ou le potentiel de chaque marque. Pour certaines marques, on est tenu de prendre un nombre minimum de paires, souvent par pack de 9 ou 12 paires. Je dois enfin décider de ce qui pourrait le mieux se vendre. C’est souvent une question de feeling.


Acheteuse, si jeune…c’est une énorme responsabilité, quelle est ta ligne de conduite pour éviter de faire de mauvais achats ? Je te préviens, les yeux des shopping addicts sont braqués sur toi !  Elle éclate de rire.A force de faire des salons à la recherche de mes petites perles rares, je commence à développer quelques réflexes – attention les shoe addicts, c’est pour vous ! – je suis très regardante par rapport au toucher, au ressenti des matières, à la profondeur des couleurs et la qualité des finitions. Je trouve les finitions bâclées rédhibitoires.
Les pièces que je choisis, notamment les chaussures, sont en général irréprochables sur la qualité. Le look est important, certes…mais le ressenti prime avant tout : le travail du cuir,  le poids de la chaussure – poids plume de préférence-  le fait qu’elle soit portable et travaillée de manière plus artisanale sont des critères clés.
Pour trouver satisfaction, je fais principalement les salons d’exposants – à Paris & Milan.

As-tu déjà eu des regrets par rapport à des marques sur lesquelles tu as parié et qui finalement n’ont pas fonctionné, en tout cas pas à la hauteur de tes attentes ?
Oui, bien évidemment ! Il y a toujours des regrets mais tu gagnes en expérience. En 1an, je sens personnellement que j’ai beaucoup évolué et que j’acquiers de nouveaux réflexes qui m’aident à peser le pour & le contre quand je dois prendre une décision.

En parlant de marques, quelles sont tes marques coup de cœur ?
Ah j’adore cette question!! Alors, dans l’ordre :

 

Kat Maconie
C’est une jeune créatrice londonienne que j’ai découverte il y a moins d’un an. Son style me parle totalement. Elle a lancé sa marque avec des pièces épurées et excentriques.
Ce que j’aime dans ces chaussures, c’est le fait qu’elles épousent parfaitement la cambrure du pied, tout en l’habillant à la perfection. Les chaussures qu’elle dessine sont un peu géométriques aussi. Assez appréciables !

 

 

Chiara Ferragni
Moins pour le style que pour ce qu’elle est devenue (pour ceux qui ne connaissent pas Chiara, c’est certainement l’une des bloggeuses outfit les plus puissantes au monde). Je suis admirative de son parcours et de son sens inné du style.
Les collections qu’elle propose sont casual avec une petite touche chic qui lui permet de toucher beaucoup de monde. J’ai tout de suite cru en son potentiel et  le temps m’a donné raison.
Chiara est une jeune femme très intelligente. Elle a commencé avec des boots, des sneakers et des escarpins…des modèles qui par définition se vendraient comme des petits pains auprès des centaines de milliers des personnes qui la suivent.
Je suis convaincue que ce qu’elle a pu nous montrer n’était qu’un simple début et que son style va évoluer en quelque chose de plus sophistiqué (Je la sens plus qu’inspirée en même temps que des étoiles s’allument dans ses yeux)!
Je crois vraiment en sa marque. Elle fabrique en Italie et elle a vraiment été au bout des choses. J’ai cru comprendre qu’elle dessine certaines pièces en collaboration avec son showroom – The Place Milano, mais de vous à moi, je pense qu’elle donne des idées et que la finalisation des modèles se fait entre le showroom & son fabricant.

L’été prochain, elle va nous proposer des chaussures à talon avec  un anneau doré aux chevilles. Quand tu lis son blog, tu retrouves sa collection et l’esprit de la collection.

 

Bon, prenons la même question mais sous un angle différent, quelles sont les marques que tu vends mieux ?
Sam Edelman
Ash
Chiara Ferragni

Ta marque c’est ‘Shoe on The Cake’, pourtant on y trouve de tout. C’est assez diversifié finalement. Tu vends des sacs, des accessoires en tout genre & des bijoux.  Bon, on sent par contre que après les chaussures, ton truc c’est également les sacs. Je me trompe?
Non tu ne te trompes pas. Tu sais, mon site a seulement 1 an (enfin bientôt).  J’ai effectivement tenté différentes choses et dans mon élan, je me suis dit que ce serait sympa si je proposais une large variété d’accessoires pour aider mes clientes à compléter leurs looks. Je pense, avec un peu de recul, que ce n’était peut être pas la meilleure approche. A l’avenir, je vais me recentrer et revenir à une ‘simplification’ de mon offre. J’entends me limiter aux chaussures, sacs & pochettes.  Pour ces produits là, j’ai pour ambition de proposer deux nouvelles marques par an.


Comment se différencie-t-on vraiment face à une telle concurrence quand on commence si petit?

Il n’y pas de secret. Il faut proposer un service qui assure. Je suis convaincue que la qualité du service est primordiale pour prétendre durer dans le temps.
Il est vrai que la boutique n’offre pas un choix gigantesque, mais malgré tout, je suis convaincue que les clientes aujourd’hui cherchent une offre beaucoup plus cohérente. Notre ambition est réellement de jouer sur la qualité plutôt que la quantité. Contrairement à de nombreux sites supermarché où il faut cliquer pendant des heures (…tu peux même dire à en perdre haleine…) avant de vraiment trouver son bonheur, nous proposons peu de modèles mais des modèles auxquels nous croyons vraiment et que la planète mode valide comme tendance. Nous voulons réellement que nos clientes fassent du shopping en ligne en gardant la notion de plaisir…et si ça prend du temps, c’est juste parce que le choix est trop difficile…


A peine 26 ans et entrepreneuse. Comment t’es venue l’idée de te lancer dans cette aventure ? Comment t’y es-tu prise pour la concrétiser?
Ah la lala. Je vais être franche avec toi ! Ca m’est venu sur un coup de tête. J’ai toujours été une folle de chaussures et de sacs, et j’étais lassée de ne rien trouver de très funky, ou même risqué à Bruxelles. Je me suis dit : pourquoi ne pas lancer une boutique en ligne avec des pièces intéressantes qui pourraient plaire à des filles (…fashionistas, tu peux le dire….) comme moi.

Je parle de coup de tête, mais il faut savoir qu’une année entière s’est écoulée entre le moment où l’idée a germé et celui où j’ai effectivement lancé ma boutique en ligne.
La première année, ma raison oscillait incessamment entre le ‘oui’ et le ‘non. Ensuite, une fois que je me suis décidée, j’ai mis les bouchées doubles pour me préparer. Il y a deux ans (en janvier 2011 plus précisément), je faisais mon premier salon toute seule à Paris. C’était vraiment l’inconnu. Ensuite il a fallu s’occuper du business plan, du plan financier, réaliser une ébauche de site. J’ai également pu m’appuyer sur les conseils d’un ami dans le vêtement, qui m’a permis de mieux comprendre l’univers de la chaussure.
Ma première commande fournisseur date de septembre 2011 et en décembre, je lançais mon site.  Depuis lors, je porte mon projet à bout de bras. Je m’estime chanceuse de pouvoir faire de ma passion une profession. Mais attention, tout n’est pas rose. Pour l’instant, j’utilise les bureaux de l’entreprise familiale pour stocker mes chaussures, je travaille à mi-temps le temps de pouvoir me permettre financièrement de me focaliser uniquement sur la boutique. Il y a des hauts & des bas, des semaines très bonnes, d’autres un peu plus creuses, des moments de stress où l’on pense aux factures fournisseurs qui vont vous tomber dessus alors que vous n’avez pas écoulé votre stock. Mais tout ceci fait partie de l’aventure et je suis vraiment contente de voir que, malgré la crise, je tiens bien la barque et que Shoeonthecake.com, mon bébé, grandit bien.

 

Alors comme toujours, je termine par une question assez perso mais qui nous inspire toutes : qu’est ce qui fait qu’une femme est stylée selon toi?
Je pense que peu importe le style finalement. Il peut être excessivement simple mais la différence se fait au niveau des accessoires  – chaussures & sac (pour ma part ;-)).

Ensuite, je pense qu’on n’a pas besoin d’être griffée de la tête au pied pour avoir de l’élégance. Une femme élégante, ça vaut de l’or. ..c’est vraiment ce qui fait que je vais apprécier un look,…l’allure et la manière.
L’élément clé (et tu vas croire que je prêche exclusivement pour ma chapelle), c’est vraiment de porter des chaussures qui vous ressemblent et qui sont jolies !

 

Merci beaucoup pour cette belle interview!!  :-)
_______________________________

Hey!!!! Ne partez pas encore!

Alors, j’avais raison ou pas?
On est bien d’accord!! ^_^ Virginie est vraiment une jeune femme super sympa.  Elle l’est tellement qu’elle propose de vous offrir un petit bon cadeau de 50 EUR pour vous permettre de vous faire plaisir dans sa boutique.

Voici donc le tout premier concours sur le blog!!!! 

Qu’est-ce que vous devez faire pour gagner ce bon? Et bien, pas grand chose:
1. Liker sa page facebook ShoeontheCake.com
2. Liker la mienne 
3. Répondre par mail à fashionbyeba@gmail.com à la question suivante:
quelle est la marque qui a permis à Shoeonthecake.com de se faire connaître?

Bonne chance!

(Fin du concours ce lundi 22 octobre)

 

4 Comments

  1. Murielle

    Trés bon intervieuw comme d’habitude
    Elle a l’air drolement sympa, simple et surtout elle a la tête sur les épaules.
    Je met son site en mémoire
    C’est sympa le cadeau qu’elle offre, merci à elle

  2. Véronique

    Et bien voilà!!!
    J’ai envie d’acheter plein de chaussures ET de plaquer mon boulot (enfin presque) ! :)
    Très belle aventure et super narration!!

    • yeba

      Te laisser faire équivaudrait à un acte de non assistance à personne en danger ;-). Reste en archi…tu y es très bien!!!

Leave a Comment

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: